Christine Lagarde se veut optimiste quant à la reprise économique


La reprise après les revers économiques induits par la pandémie de Covid 19 exigera une coopération étroite entre les secteurs public et privé, déclare cette semaine Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne.

Une situation qui se débloque

Lors d’une conversation avec Børge Brende, président du Forum économique mondial, à l’occasion du sommet Pionniers du changement du Forum, Mme Lagarde a exposé les défis auxquels est confrontée l’économie mondiale. Elle a également décrit le type de réponse qu’elle souhaiterait voir et a expliqué pourquoi il pourrait y avoir des raisons d’être prudemment optimiste pour l’avenir de l’économie européenne.

Nous étions bloqués, dit-elle à propos des retombées de COVID-19. « Nous nous trouvions d’un côté d’un immense fleuve d’incertitudes et de difficultés, tant du point de vue de la santé que de l’économie. Et nous ne pouvions même pas voir l’autre rive du fleuve ».

Grâce au travail fantastique accompli par certaines entreprises en Allemagne, aux États-Unis et dans différents coins du monde, nous voyons maintenant l’autre rive du fleuve parce que nous savons que des vaccins se profilent à l’horizon“.

Des changements nécessaires

C’est de l’autre côté qu’intervient la coopération entre les secteurs public et privé. Cela implique une détermination à faire en sorte que les changements économiques structurels soient positifs et que chacun continue à investir dans l’avenir.

La transformation numérique s’est accélérée dans de nombreux aspects de la vie – tant professionnelle que personnelle – car les gens se sont adaptés au travail et à l’éducation à distance, le commerce électronique est en plein essor et les gens profitent davantage de leurs activités de loisirs via l’internet. Une enquête réalisée au début de la pandémie a révélé que 32 % des Américains organisaient des fêtes virtuelles avec leurs amis ou leur famille.