La Banque Centrale Européenne appelle à l’arrêt de l’assouplissement


La Banque centrale européenne a ignoré les signes d’un ralentissement dans la zone euro et a annoncé qu’elle supprimera progressivement, d’ici la fin de l’année, les mesures de relance de son programme d’achat massif d’obligations de trois ans en faveur de l’économie de la zone euro.

Malgré l’avertissement selon lequel la zone de la monnaie unique traversait une période de faiblesse à un moment où les risques protectionnistes augmentaient, la BCE a déclaré qu’elle mettrait fin à ses achats d’obligations au cours des six prochains mois.

La BCE renforce actuellement la masse monétaire de la zone euro en achetant 30 milliards d’euros d’actifs chaque mois, mais ce montant sera ramené à 15 milliards d’euros un mois après septembre et se terminera complètement à la fin de l’année.

Cette décision fait suite à la forte pression de certains pays de la zone euro, menés par l’Allemagne, qui étaient mal à l’aise face aux plus de 2,4 milliards d’euros d’actifs accumulés par la BCE depuis qu’elle a lancé son programme d’assouplissement quantitatif au début de 2015.

Mario Draghi, président de la BCE, a déclaré à l’issue d’une réunion du conseil des gouverneurs de la banque en Lettonie, que le programme QE avait réussi à mettre l’inflation sur la bonne voie pour atteindre son objectif de se situer en dessous mais proche de 2 %.

L’activité dans la zone euro s’est nettement accélérée au cours des trois dernières années, certaines estimations suggérant que l’assouplissement quantitatif a contribué à raison de 0,75 point de pourcentage par an au taux de croissance annuel moyen de 2,25 %.

La déclaration de la BCE a reflété la bataille entre les faucons et les colombes au sein du conseil de la banque, la décision sur l’assouplissement de l’assouplissement de son approche des taux d’intérêt.

M. Draghi a déclaré qu’il n’y aurait aucune perspective d’augmentation du taux directeur de la BCE – actuellement 0,0 % – jusqu’à l’été prochain au plus tôt.

“Nous avons décidé de maintenir les taux d’intérêt directeurs de la BCE inchangés et nous nous attendons à ce qu’ils restent à leurs niveaux actuels au moins jusqu’à l’été 2019 et en tout cas aussi longtemps que nécessaire pour garantir que l’évolution de l’inflation reste alignée sur nos attentes actuelles d’une trajectoire d’ajustement soutenue “, a déclaré M. Draghi.
Inscrivez-vous au courriel quotidien Business Today ou suivez Guardian Business sur Twitter à @BusinessDesk.

L’euro a perdu plus d’un cent contre le dollar après la nouvelle, les concessionnaires contrastant avec la décision de laisser les taux inchangés dans la zone euro pendant au moins un an, avec des signes de la Réserve fédérale qu’elle prévoyait deux nouvelles hausses des taux américains en 2018 et trois autres en 2019.