L’augmentation des coûts de production Chinois risque de booster l’inflation


Les prix de la production en Chine ont grimpé en mars au plus haut depuis juillet 2018 sur la flambée des coûts des produits de base, ajoutant aux inquiétudes sur la hausse de l’inflation mondiale alors que la pandémie recule.

L’IPP se répercute sur l’IPC

L’indice des prix à la production (IPP) a augmenté de 4,4% par rapport à l’année précédente après avoir gagné 1,7% en février, a déclaré vendredi le Bureau national des statistiques, ce qui est supérieur à l’estimation médiane de 3,6% dans une enquête Bloomberg auprès des économistes. L’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 0,4 % après avoir baissé pendant deux mois consécutifs.

Après des mois de déflation, les prix à la production ont commencé à augmenter fortement cette année avec la hausse du coût du pétrole, du cuivre et des produits agricoles. En tant que premier exportateur mondial, la hausse des prix en Chine menace d’alimenter l’inflation dans le monde entier, ajoutant à la volatilité des marchés financiers. Les risques d’inflation augmentent déjà en raison d’une reprise plus forte de l’économie mondiale, des mesures de relance budgétaire massives aux États-Unis et de la flambée des coûts d’expédition.

« Nos recherches ont montré que l’IPP de la Chine a une forte corrélation positive avec l’IPC des États-Unis », a déclaré Raymond Yeung, économiste en chef pour la Grande Chine chez Australia and New Zealand Banking Group Ltd. « Les données plus élevées que prévu de l’IPP pourraient avoir un impact sur le jugement des gens sur la pression inflationniste aux États-Unis et dans le monde, et cet impact ne doit pas être sous-estimé. »

Des bénéfices en hausse

La flambée des prix des produits de base a attiré l’attention des principaux décideurs chinois, le Comité de stabilité financière et de développement, présidé par le vice-premier ministre Liu He, ayant appelé cette semaine à des efforts pour stabiliser les prix. Les autorités devraient « surveiller de près les prix des produits de base », a déclaré le comité dans un communiqué jeudi soir.

Les données sur l’inflation montrent que la consommation reste faible, ce qui donne à la banque centrale une raison de ne pas resserrer sa politique monétaire de sitôt, selon M. Yeung d’ANZ. « Si la pression inflationniste commence à se manifester dans les prix à la consommation, la politique pourrait commencer à se resserrer », a-t-il déclaré.

La déflation des prix à la consommation au cours des derniers mois était principalement due à la chute des prix du porc, un élément clé du panier de l’IPC chinois. Bien que les prix soient susceptibles de remonter, la lenteur de la reprise des dépenses des ménages signifie que l’inflation restera probablement modérée. Les prix à la consommation de base, qui excluent les coûts volatils de l’énergie et des denrées alimentaires, ont augmenté de 0,3 % en mars par rapport à l’année précédente, tandis que les prix des denrées alimentaires ont diminué de 0,7 %.