Le nouveau ministre de l’économie italien veut se concentrer sur Bruxelles


Roberto Gualtieri, le nouvel espoir italien proeuropéen. Cette nomination devrait clairement rassurer Bruxelles, en parallèle du fait que l’Italie a désormais un nouveau gouvernement positionné à gauche en ayant bouclé l’épisode Matteo Salvini. Cependant, la situation économique est toujours particulièrement complexe.

Depuis quelques temps, l’Italie est l’économie la plus mal en point de l’Europe. Depuis le début de l’année, sa croissance est nulle, elle fait face à une récession potentielle, son chômage atteint les 10%, et sa dette avoisine les 130% du PIB. Et à ceci s’ajoute l’opposition quasi perpétuelle du parti démocrate et du mouvement 5 étoiles.

Pourtant, les marchés sont actuellement bien plus confiants que lors de la dernière coalition, celle de Matteo Salvini.

Cette tendance s’explique notamment par l’arrivée d’un homme au gouvernement. Cette nouvelle nomination semble miser sur le pari que Bruxelles va accorder un délai budgétaire supplémentaire au pays, d’ici les nouvelles élections qui auront lieux dans trois ans. En effet, pour éviter une prise de pouvoir populiste, l’Europe a tout intérêt à s’assouplir dans ses relations avec le pays.

Cet homme, perçu comme rassurant, c’est bien Roberto Gualtieri, le nouveau ministre des Finances. Précédemment, il était le président de la commission des Affaires économiques à Bruxelles. D’ailleurs, cette dernière le respecte fortement et lui accorde un certain capital de confiance.

En conclusion, on peut donc aisément dire que l’Italie a évité de justesse un vrai chaos politique en bloquant les manœuvres de Matteo Salvini. Désormais, il suffit juste d’un coup de pouce de l’Europe, et notamment de la France, pour avancer vers un avenir meilleur.

Source image : The Italian Times