SAP confirme ses attaques envers Oracle : « Je suis du caoutchouc, vous êtes de la colle, nous avons deux fois plus d’installations ERP que vous »


Christian Klein, co-directeur général de SAP, a affirmé dans une interview accordée au blog Cloud Wars que l’entreprise possède deux fois plus d’installations ERP en cloud que son ennemi juré Oracle, une manière de mettre en avant l’entreprise et ses partenaires certifiés tels que Codilog.

Klein a également profité de l’occasion pour déclarer que les PDG, face à la crise COVID-19, se posent maintenant la question : « Comment puis-je transformer ma chaîne d’approvisionnement avec SAP pour avoir la transparence de bout en bout ? Comment pouvez-vous infuser l’IA pour que ma chaîne d’approvisionnement soit mieux à même de prédire la demande et de s’assurer qu’elle est alignée sur les fournitures dont je dispose en matière d’approvisionnement, de stocks et de production ? »

Une prise de parole pas tant dénuée de sens qu’elle en a l’air

Que son interprétation des conversations habituelles dans les salles de conférence soit entièrement textuelle ou non, le point de vue de M. Klein sur la domination du marché suit les sarcasmes assez percutants d’Oracle.

Sur la base de résultats financiers mitigés à la fin de l’année dernière, le président et directeur technique Larry Ellison s’est vanté, dans l’annonce des résultats de la société pour le deuxième trimestre 2020, que les gains de Big Red dans le domaine du cloud computing la plaçaient devant SAP. Il a affirmé que le fournisseur allemand se battait parce qu’il n’avait jamais réécrit son logiciel pour le cloud.

Oracle est également dans une position risquée

Maintenant, il est peut-être préférable de ne pas attirer l’attention sur le succès d’Oracle, à faire passer ses clients vers le cloud. Après tout, le vendeur de bases de données et d’applications est accusé, ce qu’il a nié, d’avoir trompé les investisseurs sur les ventes de ses produits pour le cloud en menaçant les clients de procéder à de coûteux audits de licence de logiciel, à moins qu’ils n’acceptent d’utiliser le logiciel pour le cloud d’Oracle.

Un porte-parole d’Oracle a déjà déclaré : « Le procès n’a aucun mérite et Oracle se défendra vigoureusement contre ces réclamations. »